Les livraisons à domicile sont à nouveau disponibles! Nouveaux points de chute dans la région de la capitale; Québec et Saint-Nicolas. Le point de chute de Gatineau ne sera pas disponible entre le 17 mai et le 6 juin inclusivement. Nouveau point de chute à Châteauguay sur la rive-sud de Montréal.

Traitement

Vous êtes dans tous vos états parce que des invités surprises sont apparus dans vos plantes. Quelque chose se promène dans la violette africaine. Une colonie de cochenilles a emménagé dans le solarium.

Pas de panique. Cette page contient les grandes lignes d’un traitement anti-ravageur étape par étape. L’association de ces différentes méthodes de traitement vous permettra de maximiser vos chances de réussite.

1 - L’Identification

Avant toute chose, il est primordial d’identifier le ou les coupables avec certitude. Les stratégies et techniques de traitement diffèrent grandement selon le problème rencontré. Ce ne sera pas très compliqué, pour peu que vous sachiez quoi chercher et où regarder. Vous pouvez confirmer vos soupçons à l’aide des différentes rubriques de ravageurs dans l’onglet ressources.

Vous avez également la possibilité de demander de l’aide sur notre groupe Facebook ou de nous joindre par courriel. Dans ce cas, assurez-vous d’inclure des photos claires de vos différents symptômes.

2- Le nettoyage

Tout traitement commence par un nettoyage en profondeur du feuillage et des tiges de la plante infestée. D’une part pour déloger une partie des insectes, et d’autre part afin de retirer les toiles, les substances cotonneuses et autres résidus susceptibles de gêner le traitement.

Un peu de ménage

Si certaines feuilles sont mortes ou gravement endommagées, vous devriez les retirer. De la même manière, si certaines plantes gravement atteintes ne sont pas trop chères à votre yeux, vous devriez envisager de les jeter ou de les rabattre. Lorsqu’il est possible d’identifier et d’éliminer le foyer d’infestation, cela peut vous donner une longueur d’avance. Évacuez ces déchets rapidement en prenant soin d’éviter de propager l’infestation.

Nettoyage à l’eau claire

La grande majorité des ravageurs peuvent être délogés à l’aide d’un puissant jet d’eau. Dans la mesure du possible, déplacez la plante à l’extérieur et utilisez un boyau muni d’un pistolet d'arrosage. Nettoyez toute la surface de la plante en insistant bien sur les tiges ainsi que les deux faces des feuilles.

Nettoyage à la main

Certaines plantes ne se prêtent pas au nettoyage au jet d’eau. Certaines sont trop délicates et d'autres ne peuvent être déplacées. Il se peut aussi que vous n’ayez pas accès à un boyau d’arrosage ou un espace extérieur approprié. Dans ce cas, préparez une solution de savon noir et frottez toute la surface des feuilles et des tiges avec un linge, un pinceau ou une brosse à dent.

3- Le traitement foliaire

Une fois le nettoyage effectué, les plantes sont prêtes à recevoir un insecticide de contact sous forme de traitement foliaire. Les savons insecticides naturels et les huiles horticoles sans ingrédients actifs chimiques sont d’excellentes options. Ils sont efficaces tout en étant sans danger pour les humains et les animaux.

Le savon noir

Le savon noir est un produit extrêmement versatile composé d’ingrédients naturels. Il dissout la cuticule des insectes et provoque sa déshydratation. Il est offert prêt à l’emploi ou sous forme de concentré. Pour utiliser le savon noir concentré en traitement foliaire, il suffit de le dissoudre à raison de cinq cuillerées à soupe par litre d’eau tiède. Vous pouvez également ajouter une cuillerée d’alcool isopropylique à 70% pour favoriser la dissolution.

Les huiles horticoles

Les huiles horticoles sont aussi très efficaces. Au contact, elles bouchent les pores de l’insecte et causent l'asphyxie. Elles sont accessibles et abordables. Pour les utiliser en traitement foliaire, référez-vous au mode d’emploi.

Le pulvérisateur

Un bon pulvérisateur fera toute la différence dans l’efficacité de votre traitement foliaire. Un tel outil sera muni d’un manche télescopique qui vous permettra de traiter le dessous des feuilles sans les soulever ni vous contorsionner. Assurez-vous d’utiliser une buse de qualitée et de la régler de manière à diffuser un fin brouillard et non de grosses gouttelettes. Votre traitement sera réussi si vous parvenez à couvrir 100% des surfaces de la plante uniformément. Au besoin, terminez le traitement à l’aide d’une petite brosse dans les endroits les plus difficiles à atteindre.

Précautions

Toutes les plantes ne tolèrent pas les insecticides de contact. Ne les utilisez pas sur les plantes à feuillage très délicat comme les fougères et les fittonias. Évitez également l’utilisation sur les plantes à feuilles poilues comme les violettes africaines, les plectranthus et les coléus ainsi que les plantes à feuillage pruineux comme les broméliacées et certaines variétés de plantes grasses. Nous vous recommandons de tester l’application du produit sur une petite surface 24 heures avant d’étendre le traitement au plant entier.

4- Les prédateurs

Vous pouvez désormais infliger le coup de grâce aux ravageurs ayant réussi à échapper aux traitements précédents avec l’introduction de prédateurs naturels. Il n’y a pas de contre-indication à introduire des prédateurs naturels sur une plante préalablement traitée à l’aide d’un insecticide naturel. Il suffit d’attendre 48 heures afin de s’assurer que les différents ingrédients actifs se sont évaporés.

Il est généralement nécessaire de réaliser un minimum de deux introductions de prédateurs afin de permettre une bonne couverture et de traiter les différentes générations d’insectes ravageurs.

Certaines situations telles que les infestations récurrentes, celles qui touchent des plantes très délicates ou encore de grande quantité de plantes peuvent représenter un défi de taille. Dans ces situations, ainsi que toutes celles qui limitent la praticabilité des étapes précédentes, l’introduction de prédateurs naturels est une mesure additionnelle particulièrement bénéfique.

Lorsque vous n’aurez plus décelé de signes de présence de ravageurs depuis huit semaines, vous pourrez considérer votre traitement comme réussi. Il sera judicieux de prendre des mesures préventives pour éviter de tout recommencer. Vos nouveaux amis, les prédateurs naturels peuvent également vous aider à cette fin.

Bon traitement !

Besoin d'un conseil ? N'hésitez pas à nous joindre pour de l'aide concernant la lutte biologique.