Les livraisons à domicile sont à nouveau disponibles! Nouveaux points de chute: Le Cactus Fleuri (Sainte-Madeleine) et Foliflor (Saint-Cyrille).

Prévention

La prévention, c’est l’ensemble des techniques et des précautions qui permettent d’éviter l’apparition et la prolifération des insectes ravageurs. Il s’agit bien sûr d’éviter de les introduire dans vos plantes, mais également de déceler rapidement les premiers signes de leur présence pour éviter de vous retrouver en situation d’infestation. La présence d’un insecte ravageur dans une plante isolée est généralement facile à prendre en charge avec le bon traitement. En revanche, le même insecte peut s’avérer presque impossible à éliminer lorsque des centaines de plants sont infestés. En lutte biologique, la prévention est cruciale et le temps est toujours compté.

La contamination

Pour prévenir, encore faut-il savoir ce que l’on prévient. Heureusement, les sources de contamination des plantes intérieures sont relativement limitées et quelques gestes permettent d’éviter la grande majorité des cas d’infestations.

L’achat de plantes

Les magasins, les pépinières et les centres jardins sont souvent de véritables élevages de ravageurs. La réputation du commerce n’est pas en cause. Dans un environnement ou une grande sélection de plantes est en rotation constante, la présence d’insectes nuisibles est naturelle et inévitable.

N’hésitez pas à effectuer un bon dépistage en magasin. Inspectez les feuilles et les tiges sous tous les angles à la recherche de dommages, de substances ou d’insectes suspects. Observez également la surface du terreau, celle-ci devrait être propre. Vous pouvez taper délicatement sur le pot, afin de forcer tout insecte volant à se révéler. Si vous suspectez la présence d’un insecte ravageur dans une plante, abstenez-vous ou assurez-vous d'être en mesure de faire face à une telle situation.

La rentrée des plantes

Les plantes qui prennent l’air au balcon sont exposées à une foule d’insectes ravageurs. En revanche, ces insectes sont aussi exposés aux éléments et aux organismes qui permettent de les contrôler. Cet équilibre est bouleversé au moment de rentrer les plantes au printemps. En conséquence, une infestation contrôlée à l’extérieur peut rapidement prendre de l’ampleur à l’intérieur. Portez une attention particulière aux signes de présence de ravageurs dans les deux à quatre semaines suivant le retour des plantes dans la maison.

La contamination croisée

La propagation d’insectes ravageurs est très souvent associée à l’utilisation de matériel de culture contaminé. Nettoyez toujours vos outils de jardinage entre les utilisations. Lavez les pots, les bassines et les arrosoirs. Désinfectez les sécateurs avec de l’alcool.

Vous pourriez vous-même transporter ces insectes. Même si la mesure peut paraître excessive, il est fortement recommandé de vous changer et de vous doucher après avoir visité une serre, un centre jardin ou vous être agenouillé dans les plates-bandes.

La quarantaine

Imposez toujours une période de quarantaine aux plantes qui rejoignent votre collection.

Le fait de tenir la plante à l’écart dans une autre pièce permet de la surveiller le temps d’un éventuel développement de symptômes. Vous vous assurerez ainsi qu’elle est saine. Si le manque d’espace est un enjeu, tentez au minimum de placer la plante à l’opposé de la pièce. Au besoin, munissez-vous d’une source d’éclairage artificielle. Toute plante suspectée d’abriter des insectes ravageurs alors que ses voisines sont saines devrait également faire l’objet d’une quarantaine.

Si après deux semaines d’isolement et une inspection rigoureuse, aucun insecte ou dommage suspect n’est relevé, vous pourriez permettre à la plante de rejoindre ses semblables. Différentes opinions sont exprimées sur la durée d’isolement idéale. Naturellement, certains puristes considèrent que les quarante jours complets sont nécessaires. On n'est jamais trop prudent!

Le traitement préventif

Que vous ayez décelé ou non des éléments suspects, le traitement préventif est un bon réflexe et différentes options s’offrent à vous.

Les prédateurs naturels

L’introduction préventive de prédateurs naturels est une excellente option. Elle est sécuritaire, efficace, peu coûteuse et demande relativement peu d’effort. Certains prédateurs naturels peuvent même s’établir pendant des mois et ainsi accueillir les visiteurs imprévus aussitôt qu’ils se présentent.

Le trio préventif, qui inclut le Neoseiulus cucumeris, l’Amblyseius californicus et le Stratiolaelaps scimitus est particulièrement intéressant. Ces trois prédateurs offrent une action protectrice combinée contre les trois ravageurs les plus communs dans les plantes d'intérieur, soit les thrips d’espèces indigènes, les tétranyques à deux points et les sciarides. Dans le cas d’une suspicion de thrips d'espèces tropicales, remplacez les Neoseiulus cucumeris par des Amblyseius swirskii. Leur action s’étend de 6 semaines à plusieurs mois.

Plusieurs autres produits sont disponibles en fonction des facteurs de risque et des situations propres à chacun. Consultez-les pour connaître leurs fonctions spécifiques ou visitez nos différentes rubriques de ravageurs pour connaître les options qui s’offrent à vous.

Les insecticides

Tous les insecticides ne sont pas néfastes. Tout d’abord, il convient de distinguer les insecticides naturels et les insecticides chimiques.

Les insecticides naturels, comme le savon noir et les huiles horticoles, sont habituellement sans danger et peuvent être envisagés comme méthodes de traitement efficace et écologique. L’introduction de prédateurs naturels est possible dès 48 heures après le traitement. En revanche, n’utilisez plus de pesticides après l’introduction de prédateurs.

Les insecticides chimiques comportent de nombreux dangers et effets négatifs. Certains produits couramment utilisés par les amateurs de plantes ne sont pas homologués pour une utilisation à domicile. Ils sont généralement toxiques et nocifs pour la santé humaine et animale. Ils ne sont pas compatibles avec l’utilisation de prédateurs naturels et ont la capacité de tuer les organismes bénéfiques, même plusieurs mois après l’usage. Nous ne les recommandons pas et vous appelons à la plus grande prudence si vous choisissez tout de même de les utiliser.

Dans les deux cas, référez-vous aux instructions du produit. Certains insecticides sont susceptibles d'endommager les plantes. Dans la mesure du possible, effectuez un test sur une petite surface avant de réaliser le traitement en entier.

Besoin d'un conseil ? N'hésitez pas à nous joindre pour de l'aide concernant la lutte biologique.