Les livraisons à domicile sont à nouveau disponibles! Nouveaux points de chute: Le Cactus Fleuri (Sainte-Madeleine) et Foliflor (Saint-Cyrille).

Thrips indigènes

Insecte ravageur

Symptômes
Début d'infestation
  • Présence de larves blanches ou jaunes
Symptômes
Infestation avancée
  • Stries argentées à la surface des feuilles
  • Petits points noirs près des zones endommagées
  • Présence d’adultes jaunes, beiges ou bruns pâles
  • Jaunissement et nécrose du feuillage
Difficulté Élevée
Fréquence Élevée
Taux de reproduction Jusqu'à 100x
Cycle de vie Jusqu'à 50 jours

Les thrips indigènes sont parmi les insectes ravageurs les plus communs et les plus redoutés des jardiniers professionnels et amateurs. Cet insecte au corps mou et allongé cause des dommages significatifs au feuillage des plantes infectées. Son cycle vital complexe rend son traitement relativement exigeant.

Plantes hôtes

Bien que tous les types de plantes soient susceptibles d’être infestés par les thrips indigènes, ceux-ci se concentrent davantage dans les cultures en serres de fruits, de légumes et de plantes ornementales. Ils peuvent également attaquer les cactus et succulentes.

Dépistage

Les thrips indigènes adultes mesurent en moyenne un millimètre de long. Ils ont l’apparence d’un petit trait d’union jaune ou beige à l'œil nu. Tout comme les thrips tropicaux, les dommages qu’ils causent à la surface des feuilles sont caractéristiques et forment des stries argentées irrégulières. Ils produisent des déchets biologiques sous forme de points noirs collés près des zones endommagées.

Prévention

Les thrips indigènes sont adaptés au climat continental et sont naturellement présents dans cet environnement. Ils peuvent être introduits de l’extérieur par le biais de personnes, de plantes ou d’autres objets contaminés. Les Stratiolaelaps scimitus et les Neoseiulus cucumeris en sachets sont d’excellents agents de prévention.

Traitement

Le traitement des thrips peut impliquer l’élimination des plantes ou des feuilles trop grandement affectées, des traitements foliaires répétés et de multiples introduction de prédateurs naturels pour cibler les différents stades de croissance simultanément. Contrairement aux thrips tropicaux, les pupes de thrips indigènes se retrouvent au niveau du sol. En plus des Stratiolaelaps et des nématodes, on privilégie également l’utilisation de Cucumeris en vrac et d’Orius ou de Chrysopes.

Dans les cas sévères, le traitement peut s’avérer très difficile, voire impossible et l’élimination ou le rabattage complet du plant doit être envisagé.

Morphologie

Les deux espèces de thrips indigènes au climat continental sont le Frankliniella occidentalis, mieux connu sous le nom de thrips des petits fruits, ainsi que le Thrips tabaci, ou Thrips du tabac et de l’oignon. Dans les deux cas, l’adulte est élancé, de couleur jaune, beige ou brune pâle et possède des ailes pâles à l’apparence de plumes. Ses ailes lui servent davantage à effectuer de petits sauts qu’à voler.

Comportement

Le Thrips tabaci est originaire d’Amérique du nord alors que le Frankliniella occidentalis est originaire de l’ouest du continent. Tous deux sont plus petits et plus rapides que les thrips tropicaux et représentent la majorité des thrips dépistés dans les cultures en serres à l’échelle mondiale.

Cycle de vie

Ces deux espèces de thrips indigènes ont un cycle de développement à quatre stades, qui s’effectuent simultanément à différents endroits de la plante; l'œuf, la larve, la pupe et l’adulte. Les femelles pondent leurs œufs à l’intérieur des feuilles et des tiges et les larves émergent après quelques jours. Les larves se nourrissent initialement dans le feuillage, puis se jettent au sol afin d’effectuer leur stade de pupe. Une fois adultes, les thrips indigènes remontent au niveau du feuillage afin de s’accoupler et de se reproduire.

Besoin d'un conseil ? N'hésitez pas à nous joindre pour de l'aide concernant la lutte biologique.